Forum Social d’Ivry » 2009» janvier

Archive for janvier, 2009

GAZA : Un émouvant témoignage

Vendredi, janvier 23rd, 2009

Ci-joint le témoignage du Père Manuel Moussalam, seul prêtre catholique vivant à Gaza, témoin direct des événements meurtriers.

musallam

Le 12 janvier 2009

L’Église de Dieu qui est à Gaza aux Saints bien-aimés de Palestine et du monde.

La grâce de notre Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint-Esprit soient avec vous tous.

De la vallée de larmes, de Gaza qui baigne dans son sang, le sang qui a étouffé la joie dans les cœurs d’un million et demi d’habitants, je vous adresse ce message de foi et d’espoir. Mais le message d’amour est prisonnier ; bloqué dans nos gorges en tant que chrétiens ; nous ne nous hasardons même pas à nous le dire à nous-mêmes. Les prêtres de l’Église aujourd’hui brandissent l’espoir comme une bannière, afin que Dieu ait pitié de nous, qu’il ait pour nous de la compassion et qu’il Se garde un reste à Gaza afin que la lumière du Christ qui fût allumée par le diacre Philippe lors de l’établissement de l’Église ne s’éteigne pas et continue à briller à Gaza. Puisse la compassion du  Christ ranimer notre amour pour Dieu, même s’il est actuellement en “soins intensifs”.

Je vous annonce du fond de mon coeur de père et de prêtre, la mort de la fille de notre école de la Sainte Famille, la chère Christine Wadi al-Turk, la première victime chrétienne à trouver la mort dans cette guerre. Christine était en dixième année dans notre école et elle est morte ce matin du vendredi 2 janvier 2009 de peur et de froid. Les fenêtres de sa maison étaient ouvertes pour protéger les enfants des éclats de verre et des missiles qui passent au-dessus. Le bombardement qui a frappé la maison de son voisin l’a faite frémir d’horreur de tout son corps. Tout cela lui était insupportable, elle est donc allée se plaindre de sa situation à son créateur pour lui demander une maison et un refuge où il n’y a ni pleurs, ni cris ou gémissements mais joie et bonheur.

Nos frères et soeurs en Christ Jésus,

Ce que vous voyez à la télévision et ce que vous entendez ne rend pas totalement compte de la dure réalité vécue par notre peuple à Gaza. La télévision et la radio sont impuissantes à rendre compte de toute la vérité du fait de son immensité sur notre terre. Le siège cruel de Gaza s’est mué en un ouragan qui croit d’heure en heure et est devenu un crime de guerre, un crime contre l’humanité. Si les gens de Gaza sont actuellement en train de soumettre leur tragédie au jugement de la conscience de chaque être humain “de bonne volonté”, le temps à venir est le temps du juste jugement de Dieu.


Les enfants de Gaza et leurs parents dorment dans les couloirs de leurs maisons, quand il y en a, ou dans les toilettes et les salles de bains pour se protéger. Ils tremblent de peur à chaque bruit de voix, chaque mouvement et bombardement, aux pilonnages  violents des avions F-16.

Il est vrai que ces avions au cours de la plupart de leurs vols jusqu’à présent, ont pris pour cibles les sièges du gouvernement et du Hamas, mais tous ces sièges sont voisins des maisons des gens et n’en sont pas éloignés de plus de 6 mètres, ce qui est la distance légale entre immeubles. En conséquence les maisons d’habitation ont été sérieusement endommagées, entraînant la mort de beaucoup d’enfants. Nos enfants vivent dans un climat de peur traumatisant. C’est une cause de maladie qui s’ajoute à d’autres causes comme le manque de nourriture, la malnutrition, la pauvreté et le froid…

Quand aux tragédies qui se produisent dans les hôpitaux, vous pouvez dire ce que vous voulez. Ces hôpitaux ne disposaient pas des moyens de base pour les premiers soins avant la guerre et maintenant ce sont des milliers de blessés et de malades qui affluent dans les hôpitaux et l’on y opère dans les couloirs. Beaucoup d’entre eux sont transférés en Égypte par le passage de Rafah, le retour de ceux qui meurent en route n’est pas possible et la situation des gens dans les hôpitaux est épouvantable et déplorable, insupportable.

Je voudrais vous raconter l’histoire qui est arrivée à la famille Abdel Latif à l’hôpital. L’un de ses fils avait disparu au cours du premier bombardement et sa famille le recherchait, sans arriver à le trouver au cours du premier et du deuxième jour de la guerre. Le troisième jour, comme la famille arrivait à pied à l’hôpital, elle est tombée sur la famille Jaradah qui entourait un de ses fils blessé et qui était défiguré. Ce jeune homme blessé s’était fait amputer d’une jambe, il était défiguré non pas à cause d’un bombardement aérien, mais parce que des débris de verre lui étaient tombés dessus pendant son séjour à l’hôpital après un bombardement partiel. La famille Abdel Latif s’approcha de la famille Jaradah pour la consoler et lorsqu’il s’est approché du blessé, monsieur Abdel Latif  s’est aperçu que c’était son fils et non le fils de la famille Jaradah. Devant la contestation de la famille, ils ont attendu que le blessé se réveille et puisse dire son nom pour que la famille Abdel Latif puisse l’emmener…

Je termine la lettre que je vous adresse en présentant notre souffrance à Dieu et aussi à vous. Nos gens à Gaza sont traités comme des animaux dans un zoo, ils mangent mais ont encore faim, ils pleurent mais personne n’essuie leurs larmes. Il n’y a ni eau, ni électricité, ni nourriture, mais la peur, la terreur et les barrages… Hier, la boulangerie a refusé de me donner du pain. La raison donnée par le boulanger : il refusait de me nourrir avec de la farine qui n’est pas digne d’êtres humains et de manquer ainsi de respect à ma dignité de prêtre. La bonne farine était épuisée et la farine qui lui restait était impropre à la consommation humaine. J’ai fait le vœu de ne pas manger de pain pendant la durée de cette guerre.

Nous désirons que vous éleviez constamment des prières vers Dieu et que vous ne célébriez aucune messe, aucun service sans vous souvenir des souffrances de Gaza en présence de Dieu. J’envoie de brefs messages tirés de la Bible à nos paroissiens pour augmenter l’espoir dans leurs cœurs. Nous sommes convenus de prier cette prière au début de chaque heure : « O Seigneur de la paix répand la paix sur nous ; O Seigneur de la paix, accorde la paix à notre terre. Aie pitié, Seigneur, de ton peuple et ne nous tiens pas pour toujours éloignés de toi. » Nous vous prions de vous tenir à nos côtés pour chanter cette prière avec nous.


Vos prières en union avec nous émeuvent le monde entier et lui enseignent que tout amour que l’on empêche d’atteindre vos frères et vos soeurs de Gaza n’est pas l’amour du Christ et de l’Église. L’amour du Christ et de l’Église ne connaît pas les barrières politiques ni les barrières sociales, ni les guerres, etc. Lorsque votre amour nous atteint, il nous permet de sentir que nous, à Gaza, faisons entièrement partie de la Sainte Église Catholique et Apostolique, et nos frères et soeurs musulmans au milieu de nous sont notre peuple et partagent notre destinée. Nous avons ce qu’ils ont et nous souffrons comme ils souffrent, nous sommes tous le peuple de Palestine.

Au milieu de tout cela, notre peuple à Gaza continue à rejeter la guerre comme moyen d’obtenir la paix ; il continue à affirmer que le chemin vers la paix est la paix. Nous autres à Gaza sommes déterminés et portons la résolution dans nos yeux : “entre l’esclavage et la mort, nous n’avons pas le choix.” Nous voulons vivre pour louer le Seigneur en Palestine  et témoigner pour le Christ, nous voulons vivre pour la Palestine, non pas mourir pour elle, mais si la mort nous est imposée, nous ne mourrons pas autrement qu’honnêtes, braves et forts.

Nous nous joignons à vous dans la prière afin que le Christ puisse nous donner sa vraie paix.  Alors “le loup habitera avec l’agneau, le léopard se couchera à côté du chevreau, le veau et le lionceau seront nourris ensemble ; et un petit enfant les conduira.” (Isaïe 11, 6)

La paix du Christ, cette paix à laquelle vous êtes appelés pour ne faire qu’un seul corps, soit avec vous tous et vous protège. Amen

Votre frère

Père Manuel Mussallam

Prêtre de l’Église Catholique à Gaza

Face à la crise la société civile européennne s’organise

Mercredi, janvier 14th, 2009
Face à la crise, la société civile européenne s’organise

Cent cinquante représentants des mouvements sociaux, des syndicats, des ONG environnementales, du développement, des droits des femmes, et d’autres mouvements sociaux, venant de vingt-cinq pays, se sont réunis à Paris du 9 au 11 janvier pour s’organiser face aux crises financière, économique, sociale et écologique.

Parmi les participants étaient notamment présents les Amis de la Terre Europe, ATD Quart Monde, le réseau des Attac d’Europe, le CCFD, le CRID, la Ligue des droits de l’homme, Oxfam, le Secours catholique, Via campesina Europe, les syndicats CGIL, CGT, FSU, Solidaires, Ver.di…

De cette réunion est sortie une déclaration (La Déclaration de Paris) qui appelle à faire du G20 de Londres, le 2 avril, un grand moment de mobilisation en Europe, autour du mot d’ordre « Nous ne paierons pas pour votre crise ». Le 28 mars (le samedi précédant le G20), se tiendra une journée internationale de manifestations et d’actions pour de véritables alternatives, en écho à la manifestation qui se déroulera le même jour à Londres. Cette mobilisation se poursuivra ensuite jusqu’au G20 par une semaine d’actions partout en Europe, et notamment, le 1er avril, par une journée « poisson d’avril de la finance ».

Les participants à cette rencontre ont décidé de se réunir au lendemain du prochain G20, les 18 et 19 avril, pour discuter de la suite de ces mobilisations.

Face à la crise du capitalisme néolibéral, un autre monde est possible, et la société civile s’organise pour l’imposer aux directoires mondiaux de la globalisation.

http://www.france.attac.org/spip.php?article9453

Attac France,
Montreuil, le 14 janvier 2009

voir

declaration-de-paris-11-jan-2009

GAZA : A lire et diffuser….

Mardi, janvier 13th, 2009

André Nouschi  , grand historien et universitaire juif français (80 ans) a écrit cette lettre à l’ambassadeur d’Israel à Paris. A faire diffuser partout et à faire traduire dans toutes les langues, c’est le moindre des efforts à faire pour soutenir les enfants de Ghazza.

Monsieur l’Ambassadeur,

Pour vous c’est shabat, qui devait être un jour de paix mais qui est celui de la guerre. Pour moi, depuis plusieurs années, la colonisation et le vol israélien des terres palestiniennes m’exaspère. Je vous écris donc à plusieurs titres :comme Français, comme Juif de naissance et comme artisan des accords entre l’Université de Nice et celle de Haiffa ..

Il n’est plus possible de se taire devant la politique d’assassinats et d’expansion impérialiste d’Israël. Vous vous conduisez exactement comme Hitler s’est conduit en Europe avec  l’Autriche, la Tchécoslovaquie .Vous méprisez les résolutions de l’ONU comme lui celles de la SDN et vous assassinez impunément des femmes, des enfants ; n’invoquez pas les attentats, l’Intifada. Tout cela résulte de la colonisation ILLEGITIME  et ILLEGALE. QUI EST UN VOL.
Vous vous conduisez comme des voleurs de terres et vous tournez le dos aux règles de la morale juive.
Honte à vous :Honte à Israël ! Vous creusez votre tombe sans vous en rendre compte. Car vous êtes condamné à vivre avec les Palestiniens et les états arabes. Si vous manquez de cette intelligence politique, alors vous êtes indigne de faire de la politique et vos dirigeants devraient prendre leur retraite. Un pays qui assassine Rabin, qui glorifie son assassin est un pays sans morale et sans honneur.
Que le ciel et que votre Dieu mette à mort Sharon l’assassin. Vous avez subi une défaite au Liban en 2006.Vous en subirez d’autres, j’espère, et vous allez envoyer à la mort de jeunes Israéliens parce que vous n’avez pas le courage de faire la paix
Comment les Juifs qui ont tant souffert peuvent ils imiter leurs bourreaux hitlériens ? Pour moi, depuis 1975, la colonisation me rappelle de vieux souvenirs, ceux de l’hitlérisme .Je ne vois pas de différence entre vos dirigeants et ceux de l’Allemagne nazie ?
Personnellement, je vous combattrai de toutes mes forces comme je l’ai fait entre 1938 et 1945 jusqu’à ce que la justice des hommes détruise l’hitlérisme qui est au cœur de votre pays. Honte à Israël. J’espère que votre Dieu  lancera contre ses dirigeants la
vengeance qu’ils méritent. J’ai honte comme Juif, ancien combattant de la 2ème guerre mondiale, pour vous. Que votre Dieu vous maudisse jusqu’à la fin des siècles ! J’espère que vous serez punis..

André Nouschi
Professeur honoraire de l’Université.

Gaza : Information et appel du conseil international du forum social mondial

Mardi, janvier 13th, 2009

Voir :

gaza-conseil-international

23 janvier 20h Robespierre : Contre la société de surveillance avec la LDH

Lundi, janvier 12th, 2009

Voir :

ldh-23janv-031

Gaza : Deux sites à consulter

Lundi, janvier 12th, 2009

www.michelcollon.info   et   www.rezo.net

Face à l’infamie : Révolte !

Lundi, janvier 12th, 2009

Ce message a été envoyé par le site CAPJPO - EuroPalestine

NON au Salon du Tourisme Israélien, cette semaine à Paris !
Au 15ème jour du génocide israélien dans la bande de Gaza, alors que les escadrons de la mort massacrent hommes, femmes et enfants, que le camp de concentration de Gaza est bombardé et affamé, que la population palestinienne ne sait plus comment enterrer ses morts et soigner ses blessés, LE SALON DU TOURISME ISRAELIEN COMPTE OUVRIR SES PORTES A PARIS, CE JEUDI 15 JANVIER, au Grand Hotel Intercontinental de Paris !

Alors qu’Israël interdit à tout journaliste, à tout médecin, à quiconque, de pénétrer dans la Bande de Gaza et que, de manière générale, il est interdit de se rendre en Palestine depuis des années, que ce soit à Gaza ou en Cisjordanie, Israël contrôlant toutes les issues et refoulant tout visiteur annonçant qu’il se rend en Palestine ou le soupçonnant de vouloir s’y rendre, le SALON DU TOURISME ISRAELIEN annonce qu’il “ fêtera le centenaire de Tel Aviv ” et “ permettra à une cinquantaine d’exposants de présenter leur offre aux visiteurs “ !

Si vous ne le croyez pas, allez voir le site http://www.juif.org/go-news-76503.php et lisez la prose de M. Benabou, directeur général de l’Office national israélien du tourisme (ONIT) à Paris, qui vante “une offre variée pour les visiteurs” et ” ne doute pas du succès de la troisième édition du STIFE, le Salon du Tourisme Israélien en France, organisé de nouveau au Grand Hôtel Intercontinental à Paris, le 15 janvier prochain.” “La manifestation est en effet l’occasion pour les différents acteurs du secteur du tourisme israélien de rencontrer leurs partenaires français, TO, agences de voyages et incentive, CE et représentants d’associations culturelles et cultuelles. « C’est devenu un rendez-vous incontournable pour ceux qui organisent des voyages sur Israël. Sur un total d’une cinquantaine d’exposants, nous compterons une trentaine de voyagistes »“, précise-t-il.

Mais le mieux, pour en avoir le coeur net, et surtout pour dire NON à une telle infâmie au coeur de Paris, est de CONTACTER D’URGENCE LA DIRECTION DE L’HOTEL INTERCONTINENTAL, qui se trouve au 2,rue Scribe, place de l’Opéra.

IL faut appeler tous les responsables de l’hotel, dont Laurant GABARD (directeur du marketing et des ventes), Olivier ALLIEL (responsable des meetings), Madelijn Vervoord (directeur Général). TEL 0800 90 65 69 ou 01 40 07 32 32 (réservations)

Il faut leur envoyer des fax au 01 42 66 12 51 et des e-mails à legrand@ihg.com

Il faut leur dire que nous allons leur faire une publicité d’enfer dans le monde entier et que leur réputation en sera irrémédiablement pourrie, s’ils accueillent des criminels de guerre et s’associent à des gens qui devraient être traînés devant un tribunal international pour crime contre l’humanité.

Il faut leur dire que même un journal conservateur comme le Wall Street Journal titre “Israel commet des crimes de guerre” http://online.wsj.com/article/SB123154826952369919.html ?mod=googlenews_wsj, preuve que le vent tourne et que même leurs clients “bien pensants” risquent d’être gênés. Et puis, nous étions près de 50 000 dans les rues de Paris aujourd’hui, des centaines de milliers en France.

Les Parisiens ne sont pas seuls concernés, bien entendu, par cette ignominie. Nous nous nous adressons à tous ceux qui veulent lutter contre la barbarie, ici en France, pays dont nous avons de plus en plus honte pour la collaboration de son gouvernement avec les criminiels de guerre israéliens. De n’importe quelle région de France, ou du monde, nous devons interpeller les responsables de cet hôtel.

Il y a des choses que nous ne pouvons plus laisser faire. Ce pays n’appartient ni au CRIF, ni à ses affidés, les Sarkozy, Kouchner, ou Delanoe (qui a fait élire un soldat israélien “citoyen d’honneur de la ville de Paris”) . Ce pays appartient à ceux qui y vivent, qui y travaillent et qui défendent, encore et malgré tout, les principes de liberté, d’égalité, et de fraternité, c’est à dire l’exact opposé de ce que représente Israël.

CAPJPO-EuroPalestine

Pour plus d’infos : http://www.europalestine.com

GAZA : Le moins qu’on puisse faire…. Samedi 10..

Vendredi, janvier 9th, 2009

PARIS : samedi 10 janvier, 15h départ Place de la République

à l’appel du Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens


Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens

10 janvier : manifestons partout en France !

Suite au lancement de l’offensive terrestre israélienne, et aux crimes de guerre supplémentaires qu’elle annonce, il est évidemment nécessaire de rester très mobilisés. Voici la liste des nouvelles manifestations prévues partout en France.

Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens

GAZA : ARRETONS LE MASSACRE DU PEUPLE PALESTINIEN !

Un million et demi de personnes assiégées affamées, bombardées depuis 18 mois c’est une punition collective et donc un crime de guerre aux termes de la 4e convention de Genève art. 33. Un million et demi de personnes qui subissent une agression d’une violence sans précédant de l’armée israélienne, c’est encore un crime de guerre ! L’union Européenne a donné le feu vert à Israël pour ce crime en décidant à l’initiative de sa présidence française, et contre le parlement européen, du « rehaussement » du statut des relations Union Européenne -Israël. Nous, organisations du collectif National pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens, signataires de cet appel , exigeons :

* L’arrêt du massacre
* La levée immédiate et totale du blocus
*  la suspension de tout accord d’association entre l’UE et Israêl
*  des sanctions immédiates contre Israël
*  la protection de la population de Gaza et de tout le peuple palestinien

Premiers Signataires : Américains contre la Guerre (AAW) France, Agir Contre la Guerre (ACG),AFD france, AFPS, AJPF, ATF,Association des Marocains de France, Associations des Travailleurs Maghrébins de France, CCIPPP,Collectif des Musulmans de France, Collectif Faty Koumba, Ettajdid France, FTCR, Génération Palestine, GUPS France, Ligue Communiste Révolutionnaire, MIR, MIB, MRAP, NPA, Parti Communiste Français (PCF), PCOF, PDP, Solidarité tunisienne, Union juive française pour la paix, UTIT, Femmes en Noir, CPPI Saint Denis, La Courneuve Palestine, Association Républicaine des Anciens Combattants Les VERTS. Les Alternatifs . CVPR PRO. ASHDOM. Farrah-France, Handicap-Solidarité, AIPPP, Civimed Initiatives, Coordination de l’Appel de Strasbourg, Collectif judéo arabe et citoyen pour la paix, Cedetim, Droits devant, S’en sortir Ensemble, Mouvement des quartiers pour la justice sociale,Solidarité Palestine 18°,Droits devant !!,ACU : association des communistes unitaires, CNCU,coordination nationale des collectifs unitaires, Stop Précarité, Comité de solidaritéMartiniquePalestine,Union des Musulmans de Seine Saint Denis, le Cercle Frantz Fanon, UJAJAF, ATL Jenine, Réseau Féministe « Ruptures », Emancipation tendance intersyndicale, Collectif Feministe Pour l’Egalité …

ATTAC était représenté à la réunion de préparation et est signataire,

Gaza ; sans commentaires…

Jeudi, janvier 8th, 2009

A voir :

school-girls-boys1

Samedi 17 janvier journée d’étude des altermondialistes

Jeudi, janvier 8th, 2009

Attac – Espaces Marx - Fondation Copernic

Les revues :

Mouvements – Politis - Transform !


Invitent à une Journée d’étude

réunissant des acteurs du mouvement altermondialiste

le samedi 17 janvier 2009, de 10h à 17h30

Espace Niemeyer, 6 Av Mathurin Moreau, 75019, M°Colonel Fabien

A la veille du Forum social mondial à Belèm / Amazonie fin janvier 2009, après le Forum social européen de Malmö en septembre 2008, dans une période où s’accentue la crise économique désormais mondiale, où les multiples phénomènes de crise (écologie, énergie, alimentaire, social, crise du salariat et de l’agriculture, nouvelles confrontations internationales….) s’aiguisent, nous proposons de réunir les acteurs du mouvement altermondialiste pour créer une occasion d’ approfondir nos réflexions et notre échange sur le bilan du mouvement durant cette dernière décennie et les défis actuels dans une période d’immenses bouleversements.

1. 10h – 13h

Une crise aux multiples facettes:

    • Quelles convergences et quelles divergences au sein du mouvement altermondialiste quant à l’analyse de la crise et aux conclusions qui en découlent?
    • Quelle articulation entre la crise écologique, la crise alimentaire et la crise financière, économique et sociale ?

Trois interventions introductives de 10’ : Thomas Coutrot (Attac) – Elisabeth Gauthier (Espaces Marx / Transform !) - Marc Mangenot (Fondation Copernic)

2. 14h30– 17h30

Quels nouveaux défis pour le mouvement altermondialiste ?

    • Dix ans après Seattle, quel bilan du mouvement altermondialiste, quels progrès et quels problèmes non résolus ?
    • Quels défis dans cette période nouvelle et quelles nouvelles pistes pour tenter de les relever ?

Trois interventions introductives de 10’ : Bernard Cassen (Mémoire des luttes) – Pierre Khalfa (Solidaires) – une représentante de Aitec (sollicitée)

Déroulement

Les échanges doivent pouvoir être réellement interactifs (1). Nous envisageons de les enregistrer afin de pouvoir les installer sur www. Chaque thème sera introduit par deux à trois contributions brèves pointant des questions saillantes. Ensuite débat général (temps de parole 5 minutes). Les animateurs des débats s’efforceront durant les deux séances de dégager les points communs ainsi que les différences / divergences afin de pousser le débat sur des questions paraissant comme essentielles.

(1) Parmi les 25 personnes actuellement inscrites, plusieurs ont déjà fait savoir qu’elles souhaitaient intervenir sur la première ou la deuxième question.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Inscription - svp retourner à Chantal Delmas <cdelmas@espaces-marx.org>

  • Nom, prénom
  • Organisation, revue :
  • Adresse
  • Tél …………… mail………………
  • Je participerai à la journée du 17 janvier : matinée …..après-midi…..
  • J’aimerais pouvoir intervenir notamment sur le thème 1……. Le thème 2 ……..

Gaza ; Trop c’est trop

Jeudi, janvier 8th, 2009

Gaza : Appel de la Ligue des droits de l’Homme à manifester samedi 10 janvier

Après la colonisation systématique, le sabotage des accords d’Oslo, le blocus de dix-huit mois, les morts, pour la plupart civils, s’accumulent par centaines dans les rues de Gaza.

Aucune raison de sécurité, aucune mesure de représailles contre des tirs eux aussi dirigés contre des populations civiles, ne peuvent justifier qu’un million et demi de Palestiniens vivent ainsi un enfer quotidien froidement planifié.

Trop, c’est trop ! La Ligue des droits de l’Homme appelle à manifester massivement

samedi 10 janvier à 15 heures à Paris, place de la République

·        cessez-le-feu immédiat et retrait de l’armée israélienne de Gaza sous peine de sanctions internationales

·        suspension de l’accord européen d’association avec Israël, en application de l’article 2 de cet accord lui-même

·        reconnaissance sans délai d’un Etat palestinien pleinement souverain sur la totalité des territoires illégalement occupés depuis 1967, avec Jérusalem-Est pour capitale

__________________________________________________________________________________

La Ligue des droits de l’Homme a lancé l’appel suivant « Gaza : appel aux consciences », qui peut être signé en ligne à l’adresse suivante :

http://www.ldh-france.org/Trois-petits-clics-pour-rejoindre

N’hésitez pas à le diffuser très largement autour de vous.

GAZA : APPEL AUX CONSCIENCES

L’offensive israélienne s’accentue et les morts et les blessés, essentiellement civils, s’accumulent. Le territoire de Gaza connaît une situation humanitaire effroyable dont la presse ne peut rendre compte puisque le gouvernement israélien y a interdit sa présence. Le Hamas continue à bombarder le sud d’Israël. Si toute violence contre des civils est une violation des conventions de Genève, rien ne peut justifier le blocus infligé depuis des années à Gaza pas plus que, aujourd’hui, l’engagement massif et meurtrier de l’armée israélienne.

Cette situation prend racine dans le déni d’existence dont est victime le peuple palestinien et remédier à l’humiliation quotidienne qu’il subit exige de rompre avec l’impuissance.

Ce qui se passe aujourd’hui à Gaza et dans les territoires occupés nous concerne tout simplement parce que notre conscience nous interdit de nous taire.

Nous sommes déterminés à faire entendre notre voix pour qu’il soit, en premier lieu et d’urgence, mis un terme aux combats en cours.

Nous exigeons du gouvernement français qu’il porte auprès des Nations unies une résolution ordonnant un cessez-le-feu immédiat sous peine de sanctions, le retrait des forces israéliennes hors de Gaza et l’installation d’une force de protection.

Nous exigeons du gouvernement français et de l’Union européenne qu’ils suspendent l’accord d’association avec l’Etat d’Israël et cessent toute coopération militaire avec ce dernier.

Nous exigeons de la communauté internationale qu’elle fasse respecter ses propres résolutions qui sont la base d’un règlement du conflit, notamment par la création d’un État palestinien pleinement souverain sur l’ensemble des territoires occupés.

Nous en appelons à la conscience de chacun pour qu’une paix juste et durable s’installe enfin dans cette région du monde.

Premiers signataires : Elisabeth Allès (membre du Bureau national de la LDH), Antonio Aliaga Hernandez (président de la FACEEF), Maryse Artiguelong (secrétaire générale adjointe de la LDH), Gérard Aschieri (secrétaire général de la FSU), Bertrand Badie (professeur des universités à Sciences-Po Paris), Nathalie Bajos, Etienne Balibar, Philippe Bataille (sociologue), Patrick Baudouin (avocat et président d’honneur de la FIDH), Guy Bedos (comédien), Souhayr Belhassen (présidente de la FIDH), Vanessa Bertran (écrivain), Sophie Bessis (directrice de recherche à l’Iris, secrétaire générale adjointe de la FIDH), Jean-Marie Bonnemayre (président du CNAFAL), Alima Boumediene Thiery (sénatrice), Khedidja Bourcart (adjointe au maire de Paris), Patrice Bouveret (président de l’Observatoire des armements/CDRPC), Saïd Bouziri (trésorier national de la LDH), Nicole Borvo Cohen-Seat (sénatrice de Paris), Philippe Caubère (comédien), Maud
de la Chapelle (chargée de développement Afriscope), Monique Chemillier-Gendreau (professeur émérite de droit public et science politique), Alain Chenal (universitaire), Daniel Cling (cinéaste), Mathieu Colloghan (Les Alternatifs), Pierre Concialdi, Annick Coupé (déléguée générale Union syndicale Solidaires), Thomas Coutrot (économiste), Bertrand Defrance (philosophe), Geneviève Delaisi de Parseval (psychanalyste), Arielle Denis (co-présidente du Mouvement de la paix), Véronique De Rudder (sociologue CNRS), Alain Di Meglio (maître de conférence université de Corse), Nadia Doghramadjian (membre du Bureau national de la LDH), Jean-Pierre Dozon, Jean-Pierre Dubois (président de la LDH), Jean-Michel Ducomte (président de la Ligue de l’enseignement), Cécile Duflot (secrétaire nationale Les Verts), Françoise Dumont (secrétaire générale adjointe de la LDH), Driss El Kerchi (président de l’ATMF), Driss El Yazami (secrétaire
général de la FIDH), Bertrand Favreau (avocat), Jacques Gaillot (évêque de Partenia), François Gèze (éditeur), Jérôme Gleizes (enseignant Paris VIII, Les Verts), Laurent Grandguillaume (adjoint au maire de Dijon), Dominique Guibert (secrétaire général adjoint de la LDH), Véronique Guienne (CMH, CNRS, ENS Paris), Gisèle Halimi (avocate), Jean-Marie Harribey (co-président d’Attac), Stéphane Hessel (ambassadeur de France), Pierre-Adrien Hingray (secrétaire général adjoint de la LDH), Kamel Jendoubi (président du Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme), Danièle Kergoat (sociologue CNRS), André Langaney, Henri Leclerc (président d’honneur de la LDH), Olivier Le Cour Grandmaison (universitaire), Les Panthères roses, Danièle Lochak (vice-présidente de la LDH), Yves Lochard, Eric Loiselet, (premier secrétaire fédéral du PS de Haute-Marne), Patrick Lozès (président du CRAN), Nathalie Marcu (Les Alternatifs), Henri
Mermé (Les Alternatifs), Fabienne Messica (sociologue), Marie-José Mondzain (directeur de recherche au CNRS), Michel Morineau (adjoint au maire d’Auxerre), Dominique Noguères (vice-présidente de la LDH), Brigitte Parat (vice-présidente du Conseil régional Nord-Pas-de-Calais), Philippe Pineau (membre du Bureau national de la LDH), André Rauch (université de Strasbourg), Bernard Reber, Vincent Rebérioux (secrétaire général de la LDH), Michèle Riot-Sarcey (professeur d’histoire, université Paris 8), Chantal Rogerat-Apostolo, Jean-Marc Roirant (secrétaire général de la Ligue de l’enseignement), Malik Salemkour (vice-président de la LDH), Jean-Louis Sarthou (écrivain), Claude Sérillon (journaliste), Serge Slama (maître de conférences en droit public), Pierre Tartakowsky (vice-président de la LDH), Catherine Teitgen-Colly (professeure à l’université Paris-Sorbonne), Irène Terrel (avocate), Bernard Thibault (secrétaire
général de la CGT), Jean-Pierre Thorn (cinéaste), Père Pierre Toulat, Agnès Tricoire (membre du Bureau national de la LDH), Aurélie Trouvé (co-présidente d’Attac), Michel Tubiana (président d’honneur de la LDH), Pierre Villard (co-président du Mouvement de la paix), Claire Villiers (vice-présidente du Conseil régional Ile-de-France), Malika Zediri (élue au Conseil régional Ile-de-France).

Cet appel peut être signé en ligne à l’adresse suivante :

http://www.ldh-france.org/Trois-petits-clics-pour-rejoindre

______________________________________________________________________________________________
*

Ci-joint, le récent message du collectif “Trop, c’est trop!” en français et en anglais, pour diffusion via internet :

Halte-là !

C’est au nom d’un « Etat juif et démocratique » que sur la terre de la Palestine mandataire on trouve à la fois une situation coloniale, un mur deux fois plus haut que le mur de Berlin et un système d’apartheid qui n’a rien à envier à celui ayant existé en Afrique du Sud… La situation de Gaza depuis l’évacuation des colonies israéliennes par Sharon est bien un apartheid, au sens propre du mot, une séparation des Gazaouis du reste du monde, dans une immense prison dont les Israéliens font le blocus depuis l’élection démocratique remportée en 2006 par le Hamas, affamant la population et la privant des ressources les plus élémentaires. Sous prétexte de combattre le Hamas, c’est le refus de reconnaître l’existence du peuple palestinien qui sous-tend la violence intolérable de cette agression dont la seule logique est la destruction pure et simple de celui-ci.

Le crime israélien en cours à Gaza fait suite à la décision « unanime » du conseil des ministres européens de rehausser le niveau des relations entre l’UE et Israël, alors même que le Parlement européen avait voté l’ajournement d’une telle décision. La décision de rehausser les relations UE-Israël est un encouragement aux crimes commis par les Israéliens, un déni du droit des Palestiniens et un désaveu de l’action des courageux pacifistes israéliens qui défendent l’idée d’une paix juste.

Nous demandons au conseil des ministres européens, au gouvernement français et au parlement européen qui devrait se réunir d’urgence

- de condamner sans réserve l’attaque israélienne sur Gaza,

- d’exiger l’arrêt immédiat de cette attaque criminelle,

- de revenir sur la décision de rehaussement des relations entre l’UE et Israël,

- de suspendre l’accord de coopération liant l’UE et Israël tant que celui-ci ne respectera pas
les droits des Palestiniens,

- de proposer la convocation urgente d’une conférence internationale destinée à engager enfin l’examen des conditions d’une paix juste en Palestine avec l’ensemble des parties concernées, dans le cadre méditerranéen et sous la responsabilité des Nations-Unies.

Pour le collectif « Trop, c’est trop ! » : Etienne Balibar, Suzanne Citron, Alain Joxe, Christiane et Stéphane Hessel, Gérard Maarek, Gilles Manceron, Marie-José Mondzain, Pierre Nicodème, Abraham Segal.

Mercredi 14 janvier : Film “Rue de la Banque”

Mercredi, janvier 7th, 2009

Les rendez-vous du documentaire engagé
Politis
et l’association Voir&Agir présentent

Mercredi 14 janvier à 20 heures
au Centre Culturel La Clef - Images d’ailleurs
21 rue de la Clef 75005 PARIS
M° Censier-Daubenton

RUE DE LA BANQUE

Un film de Michael HOARE,
2008, 84 min.

Il y a un an, rue de la Banque : 319 tentes, bâches plastiques, sacs de couchage et couvertures sont installés sur le trottoir par des familles, contraintes de vivre dans les taudis, les squats et les chambres d’hôtel de Paris, pour réclamer une solution à leur problème de logement.
Le film raconte une lutte de dix semaines, exemplaire à plus d’un titre : par sa détermination et sa capacité à résister et rebondir face à une répression policière et une surdité politique obstinée et répétée, par la manière dont des personnalités du monde du cinéma et des arts apportent leur soutien et, du coup, l’intérêt des médias, par le fait qu’à la fin, le gouvernement de Sarkozy paraît céder dans la première véritable épreuve de force qui l’oppose aux mouvements sociaux.
Un an plus tard, alors que seulement un tiers de ces familles a été relogé, le DAL est condamné pour “dépôt ou abandon d’objets embarrassant la voie publique sans nécessité”.
Rue de la Banque est pour nous, cinéastes et militants, l’occasion d’un débat et d’une réflexion à propos des impasses sociales et politiques ainsi révélées. Nous voulons, également, en faire une manifestation de solidarité avec le DAL.

La projection sera suivie d’un débat animé par Isabelle BOURBOULON avec Michael HOARE, réalisateur du film, Jean-Baptiste EYRAUD, président du DAL, et Dominique NOGUÈRES, vice-présidente de la Ligue des droits de l’Homme (LDH).